La Team Yavbou a t-elle besoin d’une évolution dans son management ?

La dernière chance de voir l’équipe de France de volley-ball à Rio se joue actuellement à Tokyo. Le match remporté ce mardi 31 mai contre l’Iran prouve que sa force de réaction est toujours présente quand elle est débriefée. Mais je reste convaincu qu’avec certains ajustements, la Team Yavbou peut réellement devenir la plus forte durablement.

Ce tournoi de qualification olympique au Japon est pour moi l’occasion d’analyser l’évolution de notre équipe de France depuis le TQO Europe du mois de janvier dernier, au terme duquel nos Bleus avaient échoué en finale face aux Russes.

J’ai donc quitté mes chers volleyeurs après cette défaite cruelle 3 sets à 1 en notant une certaine incapacité de réaction devant un certain type de scénario de match. Par exemple :

Un scénario courant dans les sports de duels comme le volleyball et le tennis. Une domination outrancière se crée puis un basculement dans la déconcentration, le doute et l’approximation s’installent et débouchent très régulièrement sur une défaite frustrante.

J’ai reconnu cette situation lors du deuxième match de ce TQO où les Français dominaient très facilement la Pologne avant de sombrer dans la crispation, l’impuissance et l’immobilisme face à la réaction des joueurs et du coaching adverse. Après avoir mené 2 sets à 0 et s’être procuré cinq balles de matchs, les Français ont perdu cette bataille 3 sets à 2. Une défaite au goût amer et beaucoup de questions en tête.

Tête basse

L’équipe de France face à la Pologne le 29 mai 2016.

Ce qui m’amène à me questionner sur l’évolution de la capacité de réaction de ce groupe face à certaines problématiques mentales.

Je connais le mode de fonctionnement bâti par ce groupe, basé sur une confiancemutuelle entre les joueurs et le staff et une liberté d’expression dans laquelle chaque personnalité nourrit le projet collectif. Sur le plan du jeu, la rigueur et la planification tactique obligatoires au plus haut niveau sont complétées par une improvisation et une créativité propres aux talents qui composent cette équipe.

FranceteamcelebratesvictoryoverIran   FrancesAntoninRouzierspikesagainstChina

Cet amalgame a façonné la Team Yavbou, a forgé la puissance émotionnelle qu’elle impose en règle générale à ses adversaires et a construit un palmarès qui fait d’elle, aujourd’hui, une des équipes les plus fortes de la planète volley.

Mais avec une base de fonctionnement efficace et productive, ne faut-il pas faire évoluer certains critères pour progresser encore ?

Je constate que les joueurs, Earvin NGapeth le premier, ont conscience de leurs sautes de concentrations et qu’ils assument leur contre-performance après ce genre de défaite. C’est d’ailleurs très positif car cela démontre une réelle lucidité.

Je constate cependant que ces renversements de situation mettent en lumière une absence de solution collective immédiate. Quelques idées pourraient être aisément mises en oeuvre :

Une autonomie accordée aux joueurs nourrie d’un coaching plus « aidant »

  • Temps morts pour couper l’élan de l’adversaire
  • Langage non-verbal
  • Un ton plus « électrisant » par moment

Des routines actualisées

  • Changer les supports de briefing (L’Enfer du dimanche a encore été utilisé)
  • Prise de parole des joueurs comme Tony Parker à la mi-temps de France-Espagne, en demi-finale de l’Euro 2013 de basket :

Des remplaçants davantage utilisés

  • Les adversaires s’adaptent à une équipe qui ne change pas. Philippe Blain, coach-adjoint de la Pologne, a d’ailleurs souligné l’importance des changements.
  • Nos remplaçants créeraient un impact tactique déstabilisateur pour nos adversaires
  • Pour déployer des solutions techniques et tactiques

Les Barjots du handball ne sont-ils pas devenus Costauds, puis Experts ? Une évolution constructive et pertinente du management et du coaching du projet handball n’a-t-elle pas été opérée ? Je suis conscient qu’une identité propre à la Team Yavbou est née et se renforce au fil des expériences vécues. Mais pour devenir la référence mondiale et prétendre à une médaille olympique, le groupe France de volley doit encore progresser dans la gestion globale de ses temps faibles et dans l’intégration du statut de favori.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *