Au service de Paris 2024 pour rassembler les Français

Transmettre, construire, convaincre : voici pourquoi je me suis engagé auprès du Comité des athlètes de la candidature olympique de Paris.

Il y a un an, le CNOSF annonçait sa volonté de se lancer dans la course à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. J’avais alors témoigné, sur ce blog, de ma joie et de mon excitation quant à imaginer Paris, théâtre de la plus grande compétition sportive qu’il nous est offert de vivre.

La décision des acteurs politico-financiers du mouvement sportif et olympique français de valider l’étude d’opportunité, fin juin, officialisait l’engagement dans la candidature. Le Comité de Candidature Olympique & Paralympique Paris 2024 était né.

philarmonie

Le Comité de candidature a présenté son projet le 17 février 2016 à la Philharmonie de Paris (Photo Paris 2024)

Depuis, ce Comité de Candidature s’est structuré autour d’une équipe opérationnelle pour construire le meilleur dossier en vue du vote des membres du CIO en septembre 2017. Bernard Lapasset et Tony Estanguet, coprésidents du Comité de Candidature, sensibles et instruits par les expériences antérieures de candidatures du mouvement sportif français, ont décidé de placer les sportifs au cœur du projet de cette candidature.

 

Un vœu pieux ou une réalité ?

Le Comité des Athlètes Paris 2024 existe officiellement depuis le mois de février 2016, et j’ai l’honneur et la fierté de faire partie des sportifs français désignés pour représenter la communauté des sportifs.

groupe_comite

Avec David Smeretine, Laura Flessel, Florian Rousseau, Jean-Philippe Gatien, Tony Estanguet, Amélie Cazé, Isabelle Severino, Marie-Amélie Le Fur, Yannick Souvré, Laura Georges, Michael Jérémiasz.

Ce Comité des Athlètes, composé de 24 membres ayant vécu l’expérience olympique *, aura un rôle de conseil et de promoteur auprès des différentes cellules opérationnelles de la candidature. Être au cœur de cette candidature nous permettra d’accompagner le pilotage stratégique du projet, de proposer des idées conceptuelles sur les opérations événementielles préolympiques et de mobiliser le peuple français autour de ce projet fédérateur. Une implication logique et riche de sens qui montrera aux membres du CIO que la gouvernance du sport français respecte l’héritage culturel que représentent les anciens sportifs et se soucie d’éduquer les jeunes générations de sportifs et de citoyens aux préceptes de l’identité olympique.

 

Des enjeux forts et symboliques

En effet, une des missions des membres du comité des Athlètes sera de promouvoir les valeurs de l’olympisme auprès des populations et d’avoir un rôle pédagogique sur l’impact durable que l’organisation des JO créera en termes d’héritage identitaire, de lien social, de santé publique et de solidarité.

Je n’ai donc pas hésité à répondre favorablement à l’opportunité de relayer ces valeurs fondamentales pour moi. Cette mission pédagogique est très importante à mes yeux car elle repose sur ce que j’ai toujours tenté de faire : convaincre des bienfaits du sport sur l’ensemble de la société.

logo

Je souhaite convaincre des bienfaits du sport sur l’ensemble de la société.

Je serai aussi, avec mes camarades, acteur d’une mobilisation qui aura pour objectif, outre le fait d’informer le mouvement sportif de base et la population sur l’intérêt que suscite cette organisation, de rassembler tous les Français derrière ce projet positif et cette ambition collective. Qui d’autre mieux que le sportif, notamment celui qui a déjà vécu les Jeux, peut évoquer l’expérience olympique ?

Je suis donc au service de cette ambition, prêt à m’investir, à convaincre, à partager mes expériences sportives et professionnelles, à apporter un œil critique et constructif sur les différents dossiers, à mettre mes compétences managériales au service de la candidature car je veux voir les JO à Paris en 2024.

Le souhait de Bernard Lapasset et de Tony Estanguet de voir les sportifs au cœur de la procédure de candidature ne sera réalisable que s’il est mis en place une coordination pertinente en termes de tempo et de communication entre l’exécutif et le Comité des Athlètes. Il faudra aussi, à mon sens, veiller à imposer une cohérence de traitement et de considération envers chaque membre du Comité des Athlètes et des ambassadeurs de la candidature pour que l’énergie, la motivation et la détermination de chacun soit motrice et génératrice de plus-value. Si ce n’est le cas, cette volonté affichée et communiquée ne sera qu’un essai non transformé et une preuve supplémentaire de la difficulté, pour le Sport français, d’imposer un modèle novateur et approprié dans lequel les sportifs sont source d’inspiration, de valorisation et de réussite dans le Management de Projet.

À nous de jouer pour que cette volonté soit effective et que nous réussissions, tous ensemble, à élaborer judicieusement et dans l’intérêt supérieur de notre pays, un dossier de candidature construit et dispensé par et pour le plus grand nombre !

* Sauf Kumba Larroque et Ludovic Besson, représentant la « Génération 2024 ».

beach_champdemars

Un clin d’oeil à mon sport : si Paris organise les Jeux en 2024, nous aurons le bonheur de voir du beach-volley sur le Champ-de-Mars !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *